-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

Le débriefing : une culture d’apprentissage

Tout au long du cheminement scolaire, des méthodes d’apprentissage sont mises en pratique pour améliorer les compétences, mais quand est-il une fois sur le terrain? À l’unité de périnatalité de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur, le débriefing a récemment été introduit dans le but d’en faire une culture d’apprentissage.

Le débriefing, qu’est-ce que c’est?

Valérie Daigle
Valérie Daigle

Le débriefing est une méthode d’apprentissage active (Tannenbaum & Cerasoli, 2013). Il se pratique après une expérience entre les membres interprofessionnels concernés, ce qui permet de discuter et d’analyser la situation vécue pour améliorer la prochaine expérience (Lyons, Lazzara, Benishek, Zajac, Gregory, Sonesh, & Salas, 2015). En effet, l’événement peut être résumé sommairement, les bons coups, les éléments à améliorer et les apprentissages sont identifiés (Lyons et al., 2015). De cette façon, les éléments à changer peuvent être soulignés et des pistes de solution peuvent être mises de l’avant pour une situation future.

L’équipe de travail de Pierre-Le Gardeur est composée de plusieurs professionnels de la santé qui ont chacun une expérience différente et qui sont de diverses disciplines. Elle doit composer avec différentes situations, qui peuvent être urgentes, stressantes, inhabituelles ou encore avec d’autres, plus quotidiennes. Néanmoins, afin de rendre l’équipe plus performante lors de ces événements, le débriefing est nécessaire.

Une pratique quotidienne

Certains facteurs favorisent une séance de débriefing. Les membres doivent avoir comme objectif l’apprentissage (Gardner, 2013), ainsi qu’un climat de respect, et la mention de faits objectifs doivent guider la séance. De plus, la participation de chaque membre concerné est essentielle (Gardner, 2013), c’est-à-dire tous les professionnels qui ont participé à la situation concernée. De même, un membre doit être responsable de la gestion du temps (Gardner, 2013), afin de ne pas retarder l’équipe dans ses autres tâches. Une des qualités du débriefing est qu’elle nécessite peu de temps (Tannenbaum & Cerasoli, 2013), c’est ce qui permet de le pratiquer au quotidien pour en faire une culture d’apprentissage.

Des effets probants

D’ailleurs, plus le débriefing est pratiqué après les situations quotidiennes, plus il sera facile de le pratiquer après les situations complexes (Gardner, 2013). Avec de la pratique, il sera naturel de débriefer après chaque situation. C’est l’objectif de l’unité de natalité, que cette méthode soit systématique et que ce soit aisé pour les membres de discuter d’une situation. Un autre objectif est de faciliter l’intégration des nouveaux membres dans l’équipe de natalité. Avec le débriefing, offrir de la rétroaction de même que recevoir de la rétroaction sera plus naturel. Tannenbaum et Cerasoli (2013) rapportent que le débriefing améliore les performances de l’équipe de 20 % sur le plan de la sécurité auprès des patients, des notes aux dossiers et des évaluations individuelles du personnel, ces résultats sont très motivants pour l’intégration de cette culture dans l’unité. 

En somme, le débriefing est une occasion favorable d’apprentissage pour chaque membre interprofessionnel de l’équipe. Cette occasion favorise la construction d’un milieu ouvert à la discussion et au changement pour de meilleures pratiques.

Valérie Daigle,
Membre du Comité jeunesse de Laurentides/Lanaudière

 


 

Références

Gardner, R. (2013). Introduction to debriefing. Seminars in perinatology, 37, 166-174.
 
Lyons, R., Lazzara, E., Benishek, L.E., Zajac, S., Gregory, M., Sonesh, S.C., & Salas, E. (2015). Enhancing the effectiveness of team debriefings in medical simulation: more best practices. The joint commission journal on quality and patient safety, 41(3), 115-125.
 
Tannenbaum, S., & Cerasoli, C.P. (2013). Do team and individual debriefs enhance performance? A meta-analysis. Human factors and ergonomics society, 55(1), 213-245.

Recherche

Mots clés

TD