-A +A
Partager sur Facebook
TENDANCES INFIRMIÈRES

TENDANCES INFIRMIÈRES

Service d’accompagnement familial : Une nouvelle ressource infirmière pour les familles des Laurentides

Christine Gervais
Christine Gervais

Contexte

Vivre avec un problème de santé transforme la vie de l’individu, mais aussi de toute sa famille. L’annonce d’un problème de santé de même que la gestion des soins qui y sont associés sont un défi pour la communication, modifiant la dynamique des familles (Duhamel, Dupuis, & Wright, 2009). Parallèlement, l’attitude de la famille par rapport à la maladie de même que sa participation aux soins sont déterminantes pour la guérison (Wright & Leahey, 2014). De plus en plus de travaux démontrent que les interventions familiales infirmières, qui visent à soutenir la famille dans son expérience de santé plutôt que d’uniquement solliciter sa participation aux soins du client, ont des effets positifs sur la santé physique et mentale non seulement du client, mais aussi de l’ensemble des membres de sa famille (Chesla, 2010).

Malheureusement, le contexte actuel des services de santé amène l’infirmière à centrer ses soins sur les problèmes médicaux des membres de la famille, répondant à une partie seulement des besoins de soins d’une famille. En effet, les besoins psychosociaux des familles, pourtant nombreux, sont souvent peu considérés par les infirmières (Kaiser, Hays, Cho, & Agrawal, 2002). Les familles rapportent être laissées à elles-mêmes pour faire face aux défis de la maladie et vivre des sentiments d’impuissance, d’inutilité et de détresse par rapport à leur difficulté à composer avec les impacts de la maladie (Duhamel et al., 2009).

Si l’inclusion des familles dans les soins et le développement d’un partenariat avec elles font partie des responsabilités de l’infirmière (Registered Nurses’ Association of Ontario, 2006; Wright & Leahey, 2014), force est de constater que bon nombre d’infirmières se sentent peu préparées et peu outillées pour jouer efficacement leur rôle auprès des familles (Wright & Leahey, 2014). Elles ont de la difficulté à intégrer les aspects théoriques de l’intervention familiale à leur pratique et elles sont nombreuses à souhaiter acquérir davantage d’habiletés cliniques (Duhamel et al., 2009). Le centre d’accompagnement familial (SAF) veut pallier cette situation et offrir aux étudiantes l’opportunité d’améliorer leurs habiletés d’intervention.

Le service d’accompagnement familial

La mission du SAF est de contribuer au développement et au transfert de connaissances sur la santé familiale et l’intervention auprès des familles. Il a comme objectifs de :

  1. Contribuer à la formation des étudiantes en sciences infirmières en leur offrant un environnement sécuritaire pour développer leurs compétences et leurs habiletés d’intervention auprès des familles;
  2. Contribuer au bien-être et à la santé de la communauté des Laurentides et de l’Outaouais en offrant gratuitement des consultations aux familles dont un des membres est atteint d’un problème de santé ou qui rencontrent des difficultés d’adaptation à certaines transitions (naissance, immigration, séparation, deuil, etc.).

Les rencontres familiales se déroulent dans les laboratoires « Au cœur des familles » de l’UQO Saint-Jérôme et durent environ 60 minutes. Certaines rencontres ont aussi lieu à domicile. Le nombre de rencontres est fixé selon les besoins de la famille (habituellement entre trois et cinq rencontres). Les rencontres sont toutes faites par des infirmières, étudiantes au DEC/BACC ou à la maîtrise, et supervisées par des professeurs spécialisés en intervention familiale. Les familles peuvent s’inscrire en tout temps par courriel ou par téléphone, et les rencontres débutent au mois de mai, de septembre ou de février.

Au cours de l’hiver 2015, 17 familles ont consulté le SAF. En moyenne, elles ont bénéficié de quatre rencontres avec l’infirmière afin de discuter des impacts d’une maladie chronique sur leur dynamique familiale, pour améliorer leurs habiletés à gérer les soins reliés à divers problèmes de santé, pour améliorer leur communication, leur relation et leur dynamique familiale. L’évaluation de l’expérience des familles et des étudiantes infirmières impliquées dans le SAF est en cours, mais, déjà, l’expérience se révèle positive pour tous. N’hésitez pas à en parler avec les familles que vous rencontrez.

Pour de plus d’information, contactez Christine Gervais au 450 530-7616, poste 4114, ou à christine.gervais@uqo.ca.

 

Christine Gervais, inf., Ph. D.

Professeur au département des sciences infirmières, UQO Saint-Jérôme


Références 

  • Chesla, C. A. (2010). "Do Family Interventions Improve Health?" Journal of Family Nursing, 16(4), 355–377. doi:10.1177/1074840710383145.
  • Duhamel, F. (2015). La santé et la famille. Une approche systémique en soins infirmiers. Montréal: Chenelière éducation.
  • Duhamel, F., Dupuis, F., & Wright, L. (2009). Families’ and nurses' responses to the “One Question Question”: reflections for clinical practice, education, and research in family nursing. Journal of Family Nursing, 15(4), 461–85. doi:10.1177/1074840709350606.
  • Kaiser, K. L., Hays, B. J., Cho, W.-J., & Agrawal, S. (2002). Examining health problems and intensity of need for care in family-focused community and public health nursing. Journal of Community Health Nursing, 19(1), 17–32. doi:10.1207/S15327655JCHN1901_03.
  • Registered Nurses’ Association of Ontario. (2006). Supporting and strengthening families through expected & unexpected life events (p. 59). Toronto.
  • Wright, L., & Leahey, M. (2014). L’infirmière et la famille (4e éd., p. 454). Montréal: Édition du renouveau pédagogique inc.

Recherche

Mots clés

TD